Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CULTURES NUMERIQUES - Page 10

  • Je challenge, tu challenges, il challenge, nous nous poilons

    Cette année, chers happy few chéris que je porte en mon coeur comme une écharpe en angora rose à paillettes, un miracle a eu lieu : comme ma jumelle télépathe, je suis venue à bout de quasiment tous mes challenges, (oui, j'ai dit quasiment car je ne suis que rigueur intellectuelle (et pieds gelés), et après tout il me reste trois semaines pour clore le Challenge Zweig (je ne me souvenais même pas m'y être inscrite, il se passe de drôles de choses quand je n'ai pas ingéré mon litre quotidien de café) et le Challenge Ewan vs Christopher (mais bon, il suffirait que j'actualise mon billet sur ce petit chef d'oeuvre qu'est GI Joe et le tour serait joué) (évidemment je ne le ferai pas, je suis honnête moi Madame la juge).

    Pour me récompenser, j'ai donc décidé de lancer un Challenge pour 2011. Oui, je sais, encore un alors que le merveilleux et so famous Challenge Tennant est en bonne voix de reconduction (je pense arrêter quand il arrêtera de tourner, voilà, c'est dit, c'est bien, c'est clair) et que le délicieux Challenge de la Rentrée littéraire 1120 à peu près bat son plein (pensez donc, j'ai déjà chroniqué un bouquin sur les gold farmers ), mais la chair est faible hélas, et le paquet de fraises tagada est vide. Suite à une discussion de haute volée avec des coupines que j'aime d'amour, j'ai donc décidé de créer

     

    le Challenge Nécrophile : en 2011, je me tape des auteurs morts.

     

    Toi qui entres ici, perds toute espérance de voir jamais ce blog acquérir bon goût et profondeur.

    Le délicieux logo est d'Isil, évidemment.

     

    Et comme il vaut mieux, pour pimenter les choses, qu'un challenge ait quelques contraintes, les voici, impatients happy few :

    Il faut lire le plus possible de romans écrits par des auteurs morts mais pour compliquer la tâche il faut lire un roman dans au moins une des catégories citées ci-dessous :

    - un roman d'un auteur mort dans des circonstances particulières comme dans les meilleurs polars (Pouchkine, mort en duel, Zelda Fitzgerald, brûlée vive dans l'incendie de son hôpital psychiatrique, Camus, accident de voiture, Cazotte et Chenier, guillotinés, Tennessee Williams, étouffé par un bretzel, Péguy, castaneda , Alain-Fournier, Pergaud, Caldéron, Saki, morts au combat, Apollinaire, victime de la grippe espagnole, Zola, asphyxié, etc.) (une liste avec d'autres noms, trouvée par Miss Babooshka,) (The Bursar a signalé la mort tragique d'Eschyle, tué par une tortue lâchée par un aigle, Alwenn celle de Courteline, mort le jour de son anniversaire),

    - un roman d'un auteur qui s'est suicidé (Sénèque, von Kleist, Nerval, Lafargue, Maïakovski, Woolf, Zweig, Mann, Pavese, Hemingway, Plath, Toole, Mishima, Celan, Gary, Koestler, Brautigan, Levi, thomson, Wallace et j'en passe) (Kali signale Empédocle, qui s'est jeté dans l'Etna),

    - un roman d'un auteur mort avant 35 ans (je n'ai pas fait de liste, il faut que vous mettiez vous aussi à contribution vos petites cellules grises, non mais) (mais Erzie, dans sa grande bonté a trouvé ce lien pour vous),

    - un roman d'un auteur enterré à Paris (Baudelaire, Sartre, Beauvoir, Beckett, Vercors, Cortazar, Cros, Desnos, Huysmans, Ionesco, Kessel, Leblanc, Louÿs, Maupassant, Troyat, Tzara, Hugo, Dumas, Malraux, Rousseau, Voltaire, Zola, Alain, Apollinaire, Balzac, Barbusse, Beaumarchais, Colette, Constant, Courteline, Eluard, Daudet, La Fontaine, Musset, Nerval, Noailles, Nodier, Proust, Radiguet, Romains, Saint-Simon, Vallès, Villiers de l'Ile-Adam, Wilde, et quelques autres).

     

    Ce challenge prend effet tout de suite et sera clos le 31 décembre 2011. Les inscriptions se font dans les commentaires, le logo est à votre disposition et j'ai décidé, pour revenir à la grande époque des Challenges fashionesques, de le doter. Il y aura donc deux prix : le Prix Super Nécrophile pour celui qui aura lu le plus de romans et le Prix Nécrophile éclairé pour celui qui aura lu au moins un roman dans chacune des quatre catégories-contraintes. (Ne seront pris en compte que les billets portant le logo du Challenge, évidemment.)

  • je challenge

    j'ai donc décidé de lancer un Challenge pour 2011. Comme il vaut mieux, pour pimenter les choses, qu'un challenge ait quelques contraintes, les voici, impatients happy few :

    Il faut lire le plus possible de romans écrits par des auteurs morts mais pour compliquer la tâche il faut lire un roman dans au moins une des catégories citées ci-dessous :

    - un roman d'un auteur mort dans des circonstances particulières (Pouchkine, mort en duel, Zelda Fitzgerald, brûlée vive dans l'incendie de son hôpital psychiatrique, Camus, accident de voiture, Cazotte et Chenier, guillotinés, Tennessee Williams, étouffé par un bretzel, Péguy, Alain-Fournier, Pergaud, Caldéron, Saki, morts au combat, Apollinaire, victime de la grippe espagnole, Zola, asphyxié, etc.) (une liste avec d'autres noms, trouvée par Miss Babooshka) (The Bursar a signalé la mort tragique d'Eschyle, tué par une tortue lâchée par un aigle, Alwenn celle de Courteline, mort le jour de son anniversaire)

     

    - un roman d'un auteur qui s'est suicidé (Sénèque, von Kleist, Nerval, Lafargue, Maïakovski, Woolf, Zweig, Mann, Pavese, Hemingway, Plath, Toole, Mishima, Celan, Gary, Koestler, Brautigan, Levi, thomson, Wallace et j'en passe) (Kali signale Empédocle, qui s'est jeté dans l'Etna), - un roman d'un auteur mort avant 35 ans (je n'ai pas fait de liste, il faut que vous mettiez vous aussi à contribution vos petites cellules grises, non mais) (mais Erzie, dans sa grande bonté a trouvé ce lien pour vous), - un roman d'un auteur enterré à Paris (Baudelaire, Sartre, Beauvoir, Beckett, Vercors, Cortazar, Cros, Desnos, Huysmans, Ionesco, Kessel, Leblanc, Louÿs, Maupassant, Troyat, Tzara, Hugo, Dumas, Malraux, Rousseau, Voltaire, Zola, Alain, Apollinaire, Balzac, Barbusse, Beaumarchais, Colette, Constant, Courteline, Eluard, Daudet, La Fontaine, Musset, Nerval, Noailles, Nodier, Proust, Radiguet, Romains, Saint-Simon, Vallès, Villiers de l'Ile-Adam, Wilde, et quelques autres). Ce challenge prend effet tout de suite et sera clos le 31 décembre 2011.

     

  • top ten

    le Top 10 des vilains, criminels et dégénérés en tous genres en littérature:

    1. Oncle Charlie dans L'ombre d'un doute d'Hitchcock, qui disait qu'un bon film était celui où le spectateur tombait amoureux du méchant. C'est chose faite avec Oncle Charlie, incarné par le séduisant et ténébreux Joseph Cotten, le tueur en série au visage d'ange et aux manières de gentleman. Un film après lequel on ne peut plus écouter La Veuve joyeuse sereinement.

    2. Michael Connelly, Le Poète

    3. Le shériff de Nottingham interprété par Alan Rickman (hiii) (désolée, le clavier est animé d'une vie qui lui est propre) dans le Robin des bois de 1991. Le délicieux Rickman campe ici un shériff psychopathe et efféminé qui se fend de quelques répliques d'anthologie.

    4. Long John Silver dans L'île au trésor de Stevenson. Pirate unijambiste rusé comme un singe et faussement débonnaire, il se tire des pires situations avec habileté, grâce à sa langue acérée, sa capacité d'anticipation et son incroyable faculté à retourner sa veste. Un méchant selon mon coeur.

    5. Mrs Coulter dans la trilogie de Philip Pullman, A la croisée des mondes. Femme sans scrupule et cruelle, elle veut amputer les enfants de leurs daemons. De quoi alimenter quelques cauchemars, et pas forcément juvéniles.

     

  • des héros et des dragons

    Parce que nous sommes parfois un peu étranges, chers happy few, (qui a dit allumées ?) (attention, il y a des Harlequin en moldave qui n'attendent que vous, je dis ça je dis rien) (nous préférons pour notre part assumer avec talent nos penchants bizarres et nos goûts éclectiques), Isil, Yueyin, Cryssilda et moi lisons depuis toujours des récits et des poèmes médiévaux.

    Et en ces temps de Rentrée littéraire où on nous bassine avec des auteurs qui ne survivront certainement pas aux ravages du temps (non, je ne citerai pas de noms, parce que je ne suis pas une délatrice et que le persiflage est si peu dans ma manière) (hum), nous avons décidé de revenir aux sources et de lancer, sur une idée d'Isil, le Challenge.

     

     

     

     

    Il s'agit donc de lire le maximum de récits, poèmes, sagas, écrits au Moyen-Age, quelle que soit la langue utilisée. Comme j'ai déjà lu énormément d'ouvrages français et de sagas scandinaves, je pense me consacrer à la découverte de la littérature anglaise (oui, je sais, c'est surprenant de ma part, limite choquant, mais vous vous en remettrez). Les inscriptions (mouhahaha, je ris, mais c'est nerveux chers happy few, car je sais que nous aurons au moins deux inscrits, trois en comptant Chiffonnette) se font dans les commentaires de ce billet ou chez mes consoeurs qui souffrent, comme moi, d'une "folie textuelle caractérisée" et qui pensent que la philologie, c'est over cool. Je vous laisse, j'ai rendez-vous avec un preux chevalier, chers happy few.
  • ecrire c'est embrasser avec l'esprit

    Quand souffle le vent du nord est donc un roman épistolaire, par mails, et comme j'avais gardé un excellent souvenir de Mélissa et son voisin de Meg Cabot, bâti sur le même principe, j'ai foncé tête baissée dans l'histoire de Leo et Emmi. Mais ici, pas de chick-lit, pas de situations téléphonées ni de gloussements de collégienne, on est dans une analyse extrêmement fine de la naissance du sentiment amoureux entre deux personnes qui communiquent sans se connaître et qui ne sont pas naïves au point de ne pas comprendre tout de suite dans quoi elles s'embarquent.

    Leo, surtout, psychologue du langage, homme intelligent, franc, honnête, sincère et drôle, saisit tout de suite que l'échange de mails entamé par hasard est loin de ne pas prêter à conséquence. Emmi, elle, a plus de mal à s'auto-analyser, empêtrée qu'elle est dans sa vie de famille et dans une relation complexe avec son mari...

     

    Daniel Glattauer, Quand souffle le vent du nord (Gut gegen norwind), Grasset, traduit de l'allemand par Anne-Sophie Anglaret, 348 pages, 2010 pour la traduction, 2006 pour la publication en VO.

  • Challenge Jane Austen 2009

    Voici donc la réponse à toutes les questions que vous vous posez sur le déjà renommé Challenge Jane Austen 2009!

    Il s'agit de :

    * lire ou relire tous les romans de Jane Austen, y compris ses oeuvres de jeunesse, voire même ses lettres (j'ai trouvé une édition anglaise très abordable, alors que je flânais innocemment au rayon classiques chez Smith, mais je ne sais pas si sa correspondance a été traduite).

    * voir toutes les adaptations possibles, films, téléfilms, séries télévisées.

    * lire une biographie (celle que vous voulez, celle de Luis benitez par exemple, il en existe plusieurs).

    * lire un ouvrage critique de type universitaire sur son oeuvre (soit un ouvrage général, soit un ouvrage sur un de ses romans).