Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CULTURES NUMERIQUES

  • Sur Google Books

    Les livres numérisés sous copyright n’ont jamais été accessibles en entier gratuitement. Lire 20 pages éparpillées sur un livre de 200 pages ne dispense pas de l’achat du livre dans une librairie.

    google-book.JPGQue ne dirait-on s’il s’agissait d’une entreprise française, faisant des milliards d’euros d’investissement, qu’un juge réduirait à néant d’un simple trait de plume !

    Quant à la suggestion de remplacer l’ »opt-out » par l’ »opt-in », elle est absolument ridicule à propos des œuvres dites « orphelines », à moins de croire aux revenants et aux tables qui tournent.

    Ce qui pose problème, c’est encore une fois la propriété intellectuelle : celle opposée à google pour lui interdire de procéder aux numérisations de masse qui permettraient d’élargir l’accès à la culture, et notamment à tous ces livres des catalogues d’éditeurs ainsi qu’aux oeuvres orphelines… mais aussi la propriété intellectuelle que google prétend apposer sur les numerisations, en revendiquant un monopole d’exploitation qui par définition est anticoncurrentiel (voir le livre de Dominique Cardon A quoi rêvent les algorithmes )   .

    tant qu’on n’aura pas réformé la propriété intellectuelle à grande échelle, en s’assurant qu’elle ne bénéficie qu’aux auteurs, et non pas aux industries culturelles qui les vampirisent depuis des années, tant qu’on n’aura pas redéfini un nouvel équilibre entre juste rémunération de l’auteur et accès libre et gratuit du plus grand nombre au public, on rencontrera ces situations ubuesques, ou l’hypocrisie le dispute au cynisme mercantile.

    la « propriété intellectuelle » est une exception, la libre circulation des oeuvres est la règle. il faut réformer la propriété intellectuelle que que l’auteur soit récompensé de son travail et bénéficie d’une rémunération qui lui permette de poursuivre sa création. a l’inverse, une propriété intellectuelle qui dure 70 ou 90 ans après la mort de l’auteur, et qui ne bénéficie en réalité qu’aux maisons d’édition, aux maisons de disques ou aux géants de la culture, n’est qu’un leurre, une rente de situation au seul bénéfice d’industries qui n’ont absolument RIEN de créatives, et qui brident la diffusion de la culture comme la création elle-même en prétendant maintenir ses monopoles d’exploitation gargantuesques. ici comme ailleurs, c’est la prédation capîtaliste qui a fait perdre de vue l’origine du droit d’auteur et le bon sens.

     

  • L’accord Google Books n’était pas raisonnable...

    Après 13 longs mois d'atermoiement, le juge Denny Chin a rejeté le Règlement Google Books (Google Books Settlement : voir l'explication de synthèse de Wikipédia ) au motif "qu'il n'est pas juste, adéquat et raisonnable." Chin suggère que l'accord pourrait être amélioré si Google proposait de passer de l'opt-out à l'opt-in, c'est-à-dire de passer de l'accord implicite à l'accord explicite des ayants-droits. "Le juge Chin a relevé qu'une solution pourrait être envisageable si la participation des auteurs et éditeurs à l'accord était optionnelle (opt-in), alors que l'accord la rend automatique sauf exception (opt-out)", précise l'AFP. Mais en passant de l'un à l'autre, c'est tout l'édifice qu'avait bâti Google pour récupérer facilement les droits d'exploitations sur les livres orphelins qui s'effondre.
    Dans sa décision, le juge Chin a reconnu la valeur de la numérisation entreprise par Google, mais reconnait que l'accord donnait à Google un avantage injuste sur la concurrence, explique Publisher Weekly. "Les éditeurs se sont déclarés prêts à modifier l'Accord pour obtenir approbation et surmonter les objections soulevées par la Cour", a affirmé John Sargent, le président de Macmillan et l'un des architectes de l'Accord, qui laisse supposer que les rebondissements ne sont peut-être pas finis.

    La décision a aussitôt été regrettée par Google, le Syndicat des auteurs et l'association des éditeurs américains qui l'avaient conclu en 2008. L'accord prévoyait que Google vers 125 millions de dollars pour rémunérer les auteurs dont les oeuvres auraient été numérisées sans autorisation et établisse un fonds pour assurer des revenus aux auteurs acceptant la numérisation. "Nous allons (...) envisager nos options. Comme beaucoup d'autres, nous pensons que cet accord a le potentiel d'ouvrir l'accès à des millions de livres qui sont actuellement difficile à trouver aux Etats-Unis. Quelle que soit l'issue, nous continuerons à travailler pour que plus de livres puissent être découverts en ligne grâce à Google Books et Google free ebooks", a précisé Hilary Ware du service juridique de Google. Le président du syndicat des auteurs américains, l'auteur à succès Scott Turow a également regretté la décision du juge : "Ouvrir un bien plus grand accès aux livres épuisés grâce aux nouvelles technologies créée de nouveaux marchés. C'est pourtant une idée dont le temps est venu !"

    Le juge Chin a déclaré que l'Accord était allé au-delà du raisonnable en octroyant à Google l'autorisation de vendre un accès complet à des oeuvres protégées, qu'il n'aurait pas eu le droit d'exploiter autrement qu'en les copiant massivement, puisqu'il n'avait obtenu la permission des auteurs pour le faire. Visiblement, le juge Chin a été troublé par le nombre élevé de personnes (6 800) qui avaient explicitement refusé l'Accord. Il a visiblement retenu les objections antitrust qui évoquaient le fait que cet Accord aurait donné à Google un monopole de fait.

    Pour l'association de défense des consommateurs Consumer Watchdog, la justice a infligé une vraie gifle à Google : "Google fonctionne entièrement sur le principe de ne jamais demander de permission, et de demander pardon si nécessaire", a déclaré John Simpson, un responsable de cette organisation. "C'est un message aux ingénieurs du Googleplex : la prochaine fois qu'ils veulent utiliser la propriété intellectuelle de quelqu'un, il leur faudra demander la permission".

  • Obtenir des backlinks pour son référencement

    Avant d’entrer dans les différentes stratégies, nous allons voir comment est construit un lien et comment il faut le structurer pour qu’il soit de qualité. Ce petit paragraphe ne concerne évidemment que les débutants, les autres peuvent passer à la suite !

    Structure d’un Backlink

    Il vous faut d’abord connaître l’url (l’adresse) de la page vers laquelle vous souhaitez faire un lien. Ça peut être votre page d’accueil ou bien n’importe quelle autre page de votre site à laquelle vous souhaitez offrir un peu de poids et donc de visibilité dans les résultats des moteurs de recherche. Pour déterminer votre url vous pouvez tout simplement faire un copier-coller de la barre d’adresse de votre navigateur vers le bloc notes.

    Il existe plusieurs manière de créer un lien : parfois un éditeur vous assiste dans la saisie de liens et vous n’avez qu’a coller l’url de la page vers laquelle vous souhaitez un backlink. C’est notamment le cas des commentaires sur les blogs. Dans les autres cas, vous serez obligés de fournir un lien html. La structure d’un lien html est la suivante :  seo no pain no gain

    <a href=”http://www.mon-site.com” title=”Mots et/ou expressions clés” target=”_blank”>1 mot ou 1 expression clé</a>

    href : c’est l’url de la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien.

    title : c’est ce qui décrit le lien. Vous pouvez y inclure des mots et expressions clés mais il doivent être cohérents avec le contenu de la page pointée par ce lien. Si par exemple la page en question parle de la plantation des tomates et que dans title vous mettez “construction de maisons” ça ne peut que vous desservir.

    target : cet attribut permet de préciser à quel endroit on souhaite que le lien soit ouvert. Si vous n’en mettez pas, le lien ouvre la page pointée en remplacement de la page que vous étiez en train de consulter. “_blank” précise que la page doit s’ouvrir dans un nouvel onglet.

    Il vous faut également penser à l’ancre du lien : c’est le texte sur lequel on clique, le texte visible à la place de l’url. Cette ancre est très importante et doit être choisie avec soin dans la mesure du possible. Si par exemple vous souhaitez référencer un site de peinture à l’huile, vous pourrez utiliser le mot “peinture” comme ancre pour un certain nombre de backlinks, puis l’expression “peinture à l’huile” pour d’autres liens et enfin le mot “peintre” sur d’autres encore. Il faut diversifier vos ancres en prenant soin de choisir les mots ou expressions clés pour lesquelles vous souhaitez améliorer le positionnement de la page concernée dans les résultats des moteurs de recherche.

  • La technologie numérique connectée pour la piscine

    Avec les technologies numériques (smartphones, internet, wifi, PC) le propriétaire d'une piscine est aujourd'hui libéré de la contrainte de surveillance de la qualité de l’eau : des alarmes visuelles (et sonores déconnectables) pré-règlées d’usine (reparamétrables à volonté) alertent les utilisateurs de l’approche d’une valeur limite d’un des paramètres de piscine (température de l'eau/air, pH, indice UV etc.)

    Ainsi le responsable de la piscine contrôle, en un clin d’œil avec son smartphone ou depuis son PC, la pureté de l'eau et la famille s’informe des conditions de baignade. Parmi ces technologies numériques pour piscine on peut citer Blue-Box piscine ou encore l'analyseur d'eau connecté Flipr start ...

    Le relais radio d'un assistant de piscine connectée

    De taille modeste (moins de 10 cm de hauteur), aux couleurs du jardin (terre cuite et vert), il possède un support permettant de le fixer sur toute paroi verticale (mur, clôture, arbre, piquet). Sa partie inférieure en forme de pot permet également de l'intégrer à toute plantation (jardinière...). Il capte l'indice UV et la température extérieure. En servant de relais radio entre le boîtier immergé (bassin) et l'afficheur déporté (maison), il permet de s'adapter à tous les dénivelés de terrain. Sa portée moyenne est de 100 mètres (selon relief).

    Caractéristiques Techniques d'un analyseur de piscine connecté :

    – Poids de l'ensemble : 4kg environ
    – Fréquence radio : 433.445 MHz
    – Norme : CE
    – Garantie : 2 ans hors sondes et consommables
    – Portée radio : 100m en champ libre

    Installation :
    1 – Placer une traversée de paroi 1.5 " et une remontée dans un regard.
    2 – Passer le cable immergé à travers le raccord 1.5", connecter les fils dans le regard.
    3 – Plonger le boîtier immergé dans l'eau, placer le relais radio en hauteur et lire les informations sur l'afficheur déporté.

     

  • site de bookmarking : blogmaks

    En tant qu’enseignante ou enseignant, on fait une collection de signets de bons sites Web qu’on retrouve sur Internet et qui pourront être utiles dans notre salle de classe. La plupart du temps, on utilise les signets du fureteur Internet (p. ex., Safari, Firefox, Internet Explorer, Camino, Opera), mais à moins de faire de bonnes copies de sauvegarde régulièrement, un désastre peut se produire. En effet, il est possible de perdre complètement le contenu de son disque rigide inopinément. C’est alors des années de travail de « collectionneur » qui disparaissent en quelques secondes.

    C’est pourquoi un site comme blogmarks peut s’avérer utile. En effet, « blogmarks » ajoute un signet dans votre fureteur qui s’appelle « post to ». Lorsque vous trouvez une page intéressante, vous choisissez le signet « post to ». À ce moment, l’URL de la page s’ajoute automatiquement à votre collection. On vous invite à ajouter une description et des mots clés. En plus de se trouver à l’extérieur de votre maison (donc aucune perte en cas d’un sinistre chez-vous), « del.icio.us » est aussi un réseau social de signet. Pour chaque page ajoutée, vous saurez combien de gens ont ajouté cette page à leur liste de signets. Vous pourrez aussi partager ces signets avec d’autres personnes.

    Il est donc possible de travailler en communauté d’enseignants pour trouver des signets intéressants. De plus, blogmarks comme « del.icio.us » avant lui,  peut aussi être intégré avec Facebook ou accédé sous forme de fil RSS. Un petit bijou!

  • Playstation Phone : Rumeur ou révolution ?

    Les consoles de jeux seront-elles bientôt dépassées par les téléphones multimédias, dont les capacités rivalisent d’ingéniosité tant au niveau des graphismes que de l’offre de jeux proposés ?

    « Dépassées » est un bien grand mot mais il est certain qu’à terme, les futurs téléphones mobiles et autres smartphones Blackberry seront bien plus indispensables et complets qu’une simple console de jeu portable. D’autant plus que si on regarde bien, qu’est-ce qu’il manque à une PSP de Sony ou à une Nintendo DS par rapport à une Iphone 4 ? Tout simplement la possibilité de téléphoner !

    Une console de jeu qui fait téléphone

    Fake ou réalité ? Quoiqu'il en soit, voici la première image de l'hypothétique "Playstation Phone" diffusée par Engadget

    Et bien il semblerait que Sony soit en train d’emprunter cette voie avec l’éventuelle sortie d’un Playstation Phone! Si la firme nippone « n’a pas souhaité commenter cette rumeur «  (qui ne dit mot consent ?) quelques caractéristiques techniques circulent pourtant sur la toile. Ce téléphone serait équipé d’un processeur 1GHz de Qualcomm et d’un petit écran tactile (forcément) d’une taille pouvant aller de 3,7 à 4,1 pouces. Concernant le système d’exploitation, Androïd aurait été privilégié. Mais ce qui frappe à la vue de ces images, c’est la ressemblance flagrante avec la psp go (le joystick en moins) ! Si cette information se confirme, ce gadget devrait faire son apparition fin 2010 ou début 2011. Même si cette info est fiable, il ne faut pas pour autant s’enflammer. On se souvient du flop de la N-Gage de Nokia. Mais les temps changent et les modes aussi…