Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CULTURES NUMERIQUES - Page 2

  • Evolution vers l'Internet Multilingue et Sémantique

    Le support de la diversité linguistique

    Il existe à travers le monde environ 20.000 entités linguistiques identifiables. La norme ISO 639-3 en recense 6.500. Parmi ces langues environ 150 sont des langues administratives et donc normatives pour le commerce et l'industrie. Elles sont documentées par la norme ISO 3166 qui est le référentiel mondial reconnu par tout le monde cybernétique depuis 1978 (à la suite du choix de "UK" au lieu de "GB" par les Postes britanniques (BPO) en 1977). Cette norme donne les codes ASCII des pays utilisés pour la formation des suffixes des ccTLD.

    L'ICANN a demandé qu'elle fournisse le nom des pays non seulement en langue locale (actuellement romanisés) mais aussi en écriture locale. Ceci est en cours.

    Les deux options techniques

    Pour le support des utilisateurs de langue non anglo-saxonne, deux grandes options sont proposées.

    • la mondialisation ("globalization") [doctrine du 'shaping the world' pour un e-commerce compris comme signifiant "English inside"] qui a été copiée dans bien d'autres secteurs. Elle est proposée par le consortium Unicode (IBM, Microsoft, Google, Yahoo!, Bibliothèques américaines). Elle consiste en :

    • l'internationalisation du médium anglais : extension du code ASCII à tous les jeux de caractères pour que les solutions prévues pour l'anglais puissent encapsuler les autres langues.
    • l'étiquetage des contenus : un peu sur le mode des cartes de voeux, ceci va permettre d'informer les ordinateurs du contexte linguistique et commercial du contenu envoyé/reçu et de router les utilisateurs vers les contenus des langues qui leurs sont les "plus proches".
    • la localisation des processeurs qui va permettre de décapsuler ce qui revient à la langue de l'ordinateur.
    • la multilinguisation qui va s'attacher à permettre la capacitation technique de chaque langue au même niveau que l'anglais aujourd'hui.

    Le cout et l'impact stratégique des modifications nécessaires semblant peu attrayants aux Anglo-saxons ils ont tenté de faire prévaloir la mondialisation sur la multilinguisation.

    • l'internationalisation prédomine largement dans le monde informatique dont les besoins linguistiques sont réduits
    • l'IETF a documenté l'étiquetage des langues et assure sous gestion Unicode la base de données IANA correspondante, mais dans des conditions hautement disputées qui ont préservé une interopérabilité de départ avec l'ISO
    • la proposition très active présentée par le Royaume-Uni d'une "internationalisation" de la norme ISO 3166 qui est l'exemple prototype des techniques de multilinguisation n'a été supportée que par les seuls USA et Irlande et a donc été refusée par l'ISO/TC46. De nombreux travaux en cours et la position affirmée de l'ICANN lors du débat préparatoire à cette consultation (en ligne avec celle du SMSI) montrent que la multilinguisation n'est maintenant plus remise en cause.
  • ICT 2019 : les médias du futur ?

    ict.JPGQue ce soient les dernières avancées en matière de télévision interactive ou l'utilisation du smartphone pour interagir avec la télévision, recevoir de la vidéo et obtenir des informations complémentaires sur le web, l'Europe de la recherche vient d'exposer  lors de sa conférence bi-annuelle ICT les avancées de ses projets de R&D dans le domaine des technologies de l'information et de la communication, projets d'où peuvent émerger les médias du futur.

    Après un échec initial lié aux limitations des technologies, la télévision interactive fait son retour notamment grâce à l'interopérabilité avec le web et le téléphone portable qui permet par exemple de voter, réagir ou participer en temps réel sur un programme de télévision. C'est notamment le cas du projet Wellcom où le téléphone portable vient remplacer la télécommande du téléviseur pour interagir avec l'écran, non plus seul, mais en groupe ou en famille comme dans les jeux vidéos.

    Un autre projet européen Samba vise à promouvoir la télévision interactive au Brésil, pays où l'utilisation de l'internet est moindre qu'en Europe. Dans le projet PorTiVity, le téléphone portable permet de recevoir une vidéo et d'obtenir sur une image donnée, d'une simple pression sur l'écran tactile, davantage d'informations en provenance du web. Ces projets préfigurent sans doute de nouvelles applications "rich media" susceptibles d'être diffusées sur de multiples supports et permettant d'interagir entre utilisateurs, entre lecteur/auditeur et fournisseur d'information.

    Face à la crise financière actuelle, l'Europe a affiché à Lyon, où étaient rassemblés quelque 4.000 professionnels et scientifiques, son ambition de renforcer les investissements dans la recherche sur les technologies de l'information et de la communication où le niveau des investissements publics et privés n'arrive pas à la moitié des investissements américains.

     

  • L’Homme, la Cité, l’Outil et le web

    L’homme communique de moins en moins avec son voisin. Les machines s'interconnectent, contribuant à créer une nouvelle société. Pour en garder la maîtrise, l'homme doit en comprendre les mécanismes et les enjeux. Quelle est notre capacité culturelle à nous adapter à la révolution des outils ?

    web.JPGTout au long de l’Histoire, les outils ont toujours, au départ, été accaparés par les actifs, les responsables, bien que leur appropriation culturelle ait toujours été en décalage avec l'apparition de ces outils. Aujourd’hui, ce sont les jeunes qui s’emparent des technologies d'information et de communication, alors que les décideurs (les 40/50 ans) restent méfiants. Une méfiance engendrée par tout ce qui découle d'un nouvel outil : remise à niveau, formation, pertes d'emploi.

    Selon le sénateur Henri Trégouet, le résultat pourrait être une fracture inter et intra générations, entre réceptifs et non-réceptifs. D'où le rôle du responsable de la Cité par rapport à ce problème. Il doit prendre conscience que l’outil numérique va faire muter notre société en profondeur : "La révolution technique qui est en marche - sophistication, puissance et miniaturisation de l'outil - aura une incidence forte sur l'organisation progressive de la planète". Outil précieux, puisqu’il permettra à chacun d’"avoir du savoir, et de recevoir du signal". Aujourd’hui, cette prise de conscience n’a pas lieu, alors qu’elle devrait être l’élément moteur de cette mutation. En outre, les batailles industrielles de continents à continents, vont voir l'émergence de pays nouveaux et inattendus, tels que l'Afrique du Sud, le Maghreb, ou les NPI d'Asie. Sujet sur lequel les politiques doivent également se préparer.

    Par ailleurs, la démocratisation du web va-t-elle condamner des supports tels que la presse écrite au profit des médias en ligne ? Pour le Directeur du Groupe Centre Presse, la réponse est "non, bien au contraire". En effet, la presse détient un rôle majeur dans la révolution numérique : aider les citoyens à mieux comprendre et à mieux vivre la société. Elle doit faire comprendre à des lecteurs ce qui va leur arriver. En outre, les journaux resteront détenteurs d’une masse considérable d’informations, qui seront utilisées pour remplir les nouveaux outils numériques. Enfin, "la presse devra être génératrice d’offres vers les usagers, accélerer la réflexion sur ce qu’on veut apporter aux hommes, et réduire le délire numérique si elle veut être utile, pour la structuration future de ces nouveaux outils".

    Pour le philosophe Alain Etchegoyen, les propos sont plus tranchés. D'une part, il n'a pas l'impression que ses enfants verront beaucoup de changements. D'autre part, selon lui, au cours de l’histoire des Sciences et Techniques, on a constaté trois discours : celui du scientifique, celui qui fait ; celui du technologue, celui qui commente ; et celui du résistant, celui qui conteste. Selon lui, notre méfiance doit se porter sur les discours et non sur les outils qui, s’ils ne sont pas un danger, posent néammoins certaines questions. Des questions d’ordre individuel - "Que fais-je de ce temps que je gagne ?" - et collectif - "Comment la Cité décide-t-elle d’empêcher des usages contraires aux valeurs ?" -

    Pour Jean-Marie Cavada, les maître-mots sont "optimisme, et confiance dans l’Homme" même s'il rappelle que les grandes découvertes - l'atome, le gène - ont autant servi à faire le bien que le mal. Il ne croit pas à l’esclavage de l’individu par ses outils; Soit il saura les dominer, soit il les détruira. Se pose toutefois un problème d'autorité et de contenu, saura-t-on maîtriser ce qu'on va découvrir avec ces nouvelles technologies ? Et d'un point de vue démocratique, qui va posséder, qui va transmettre ? Tout cela n’est pas neutre.

    il rejoint Henri Trégouet, en affirmant que c’est au politique de permettre un accès au plus grand nombre.

  • Les applications des GSM ont révolutionné les élections

    GSM.JPGD’après Steven Davy sur le site Mediashift, la campagne électorale de Barack Obama avait déjà montré à quel point les nouvelles technologie du net jouaient un rôle important. Petit à petit, les applications pour smartphones et autres Iphone prennent de l’importance. Les politiciens commencent à s’y intéresser et redéfinissent la manière dont ils peuvent communiquer. Durant sa campagne, Obama avait créé sa propre application pour Iphone. Malheureusement, il est impossible de quantifier exactement l’impact de celle-ci sur son élection. Aujourd’hui, de nombreux politiciens américains font de même. Le plus connu sur la scène nationale pour avoir créé son application est le sénateur Sam Brownback. Elles servent principalement a donner des informations sur le candidat en temps réel.

    Applications GSM pour Politique 2.0

    Même les institutions politiques s’y sont mises. Une autre application permet d’être en contact direct avec le Congrès, d’obtenir tous les coordonnées ainsi que des informations sur les mandataires. La maison blanche a, elle aussi, sa propre application. S’y trouvent, de nombreuses photos et vidéos sur le couple présidentiel et les mises à jour du blog. Vous trouverez un article en parlant sur le site ilovepolitics.

     

    En Amérique, un concours a été organisé pour ceux voulant créer une application pouvant aider la démocratie. Au final, ce ne sont pas moins de 47 programmes qui ont été proposé. Il a donc un réel intérêt pour les avancées technologiques au sein de la population américaine. Ce concours a d’ailleurs donné des idées un peu partout dans le monde et surtout en Europe.

     

    Aujourd’hui, on remarque que de nombreuses applications influencent le choix de votes des indécis. D’autres, servent déjà a collecter des votes ou des signatures pour diverses pétitions. Electeurs et candidats peuvent désormais se retrouver sur les même plates-formes. Les applications de géolocalisation de Google sont également utilisée afin de localiser les électeurs potentiels.

     

    Actuellement, on peut facilement dire que la course à la technologie est proche de la course à l’armement connue par le passé.”

     

    Pour lire l’article complet : How Mobile Apps Are Revolutionizing Elections, Transparency | PBS

  • Ressources littérature jeunesse sur Internet

    Parmi les blogs et sites de littérature qui concernent la jeunesse, il est difficile de faire le tri tant il y a de ressources...

    On peut encore citer journal d'un libraire Saphira editions , un portail communautaire de littérature de jeunesse, ou le site Ricochet, Centre International d'Etudes en Littérature de Jeunesse, qui est le portail européen sur la littérature jeunesse.
    Version étrangère on peut aller voir Arbeitskreis für Jugendliteratur, qui propose une version anglaise.

    livres.JPG



    Et est-il bien nécessaire de rappeler le site de Mon club de lecture, qui publie deux revues : le bulletin annuel Takam Tikou, et La Revue des livres pour enfants, bimestrielle, dont le dernier numéro (227) vient de paraître, avec un dossier consacré à la francophonie. La Joie par les livres procède à la numérisation de ces deux publications. Le site proposera par ailleurs bientôt une Sitothèque (voir dans Base de donnée), «une sélection commentée de sites sur la littérature de jeunesse et sur le conte».

    Du côté des blogs

    A consulter 4ptsdesuspension , élaboré par l'éditeur de formation et rédacteur d'autres blogs tels que Internet Actu ou LaFeuille. Le sous-titre expose l'ambition du blog : aider à constituer rien de moins qu'«une bibliothèque jeunesse idéale». De nombreuses critiques d'albums, jeux, documentaires, classés selon plusieurs critères – dépaysant, génial, <10 euros, etc. – devraient vous donner des pistes.

    Vous trouverez toutes sortes de références dans la catégorie jeunesse proposée par Figoblog.
    Ainsi UpToTen, où on peut faire des jeux gratuits en ligne, cette page de moteurs de recherche s'adressant spécifiquement aux enfants, ou encore ICDL, une bibliothèque numérique des enfants. Et jeter aussi un œil sur son del.icio.us côté enfants…

     

     

     

  • Le communiqué de presse est-il mort ? Google pense que oui

    Cet article vient du site Hubspot et a été écrit par Kipp Bodnar avec pour titre originale : is the earnings press release dead ? Google thinks so

     

    Jusqu’à aujourd’hui (et probablement pendant encore un certain temps) les entreprises cotées en bourse procédaient par communiqué de presse pour faire connaître leurs résultats. Ceux-ci étaient envoyés tous les trimestres aux médias et aux investisseurs. Mais récemment, la grande entreprise Google à décidé d’abandonner cette technique. L’agence Reuters a rapporté que Google a publié un petit communiqué de 3 lignes sur ces activités boursières. Dans ce communiqué, il renvoyait les médias et les investisseurs vers une page web plus complète https://abc.xyz/investor/

     

    Le concept d’une telle page Internet a mobilisé de nombreuses salles de rédaction pendant plusieurs années. Les pionniers sont la compagnie de communication SHIFT communications qui a sorti son premier concept en 2007. Depuis, plusieurs entreprises ont fait le test comme par exemple CISCO ou GE. L’idée principale de ce type de page, est de remplacé les sections consacrées aux communiqués de presse sur le site Internet des entreprises. Ces sections sont généralement composée d’une simple succession de communiqués. Sur cette nouvelle page, on peut trouver des nouvelles de la société agrégée à travers diverses sources. Peuvent s’y trouver, des liens vers des blogs, des réseaux sociaux du type Facebook ou des coupures de presse. Ce type de pages permet également d’éduquer les investisseurs et les médias en leur donnant plus d’information sur la vie réelle de l’entreprise.

     

    Même si la première grande révolution dans ce domaine a été faite par Google, il ne faut pas croire que cette innovation ne concerne que les grandes entreprises. Tous peuvent se lancer dans l’aventure. Cela permet une meilleure stratégie de marketing et permet de mieux informer les médias et les potentiels investisseurs sur les activités de la société. De plus, l’utilisateur peut regrouper tout le contenu du web sur son entreprise et en tirer profit dans ses relations publiques et ses relations avec la clientèle.

     

    La plupart des contenus du web est aujourd’hui disponible par le biais des flux RSS. Il suffit à une entreprise de s’enregistrer sur divers flux RSS pour obtenir toutes les informations sur le médias auquel il est abonné par ce flux. Par ce biais, les entreprises peuvent créer une ressource très utile qui nécessite peu de maintenance.

     

    Peut-être l’avenir de la communication ?